Vivre le temps pascal et célébrer le dimanche

Le Temps pascal débute avec la fête de Pâques, suivie de l’Octave de Pâques et se clôt avec la Pentecôte.

« Christ est ressuscité ! Il a vaincu la mort et mis fin au règne de ses ennemis. Il siège à la droite du Père et nous ouvre les portes de son royaume. Suivons-le dans la joie. Alléluia ! » (antienne de Pâques)

Ces cinquante jours, « cinquantaine joyeuse », sont célébrés dans la joie et l’exultation et sont vécus comme un jour de fête unique, ou mieux « un grand dimanche ».

Cette dimension festive est soulignée par :

– Les vêtements liturgiques blancs qui rappellent ceux des anges au matin de Pâques et à l’Ascension.

– L’alléluia (louez le Seigneur), sans cesse répété, qui nous fait partager la louange de tous ceux qui « ont été rachetés dans le sang de l’Agneau ».

– La présence du cierge pascal allumé dans le chœur de l’église qui nous invite à accueillir et partager la joie de la Résurrection. Il célèbre la présence promise et réelle du Ressuscité parmi nous. Il est, d’autre part, attente de la venue de l’Esprit, promise par le Seigneur à ses disciples avant qu’il ne monte au ciel.

Pendant le Temps pascal, le livre des Actes des Apôtres (voir se former ci-contre) est lu chaque jour. Il remplace les lectures de l’Ancien Testament : après la Résurrection, tout est nouveau, les promesses sont définitivement accomplies. L’Évangile selon saint Jean nous fait contempler le don de la vie nouvelle dans le Christ.

Le Pape Jean-Paul II a proclamé le deuxième dimanche de Pâques « Dimanche de la Miséricorde Divine » : jour où le Christ s’est manifesté à l’apôtre Thomas, jour où le Seigneur nous montre à nous aussi « ses plaies glorieuses et son cœur, fontaine inépuisable de lumière et de vérité, d’amour et de pardon » (Jean-Paul II, 22 avril 2001).

Le temps pascal s’achève par deux fêtes importantes : l’Ascension, 40 jours après Pâques, clôt la mission de Jésus sur terre ; la Pentecôte,  50 jours après Pâques, inaugure la nouvelle alliance, temps de l’Eglise ouverte à tous les peuples.