église de Vichères, paroisse saint-Lubin du Perche, Nogent le Rotrou

Notre-Dame

C’est au creux d’un joli paysage percheron…

Curieusement située à mi-pente dans le bourg, que le visiteur découvre l’église de Vichères. Avant sa construction, il semblerait que ce soit la chapelle du château de Rougemont qui ait autrefois servi d’église paroissiale, sous le patronage du bon saint Médard. Quand les gens du pays décidèrent d’édifier leur propre lieu de culte, ils chargèrent sa statue sur un chariot afin de la conduire sur la colline opposée, à l’emplacement qu’ils avaient choisi. Mais la légende raconte que la statue roula à terre à mi-pente et que tous les efforts pour la recharger sur la voiture furent vains. Ainsi saint Médard avait-il manifesté son désir de voir bâtir à cet endroit même l’église de Vichères… même si la tradition du pèlerinage à Rougemont perdure. Autrefois, légendaire et religion se sont souvent trouvés inextricablement mêlés. On était avide de merveilleux, et la création d’un bon nombre de lieux sacrés fut attribuée à la volonté d’un saint comme dans l’anecdote ci-dessus.

Saint Médard, originaire de Picardie…

Fut évêque de Noyon de 530 à sa mort en 560. Il a montré une grande compassion pour les plus démunis. Tous les traits rapportés à son sujet sont des actes de bonté, de partage et de pardon. Le bon saint Médard est invoqué pour avoir de la pluie ou pour qu’elle s’arrête : un des saints « pluvieux » qui comptaient beaucoup dans un Perche où l’élevage et la culture sont si sensibles aux conditions météorologiques !

L’église Notre Dame date du XVIe siècle.

Elle est constituée de deux parties accolées : le bas-côté sud est formé de trois travées construites perpendiculairement à la nef, et une belle porte Renaissance désormais murée donne sur la travée centrale. On entre aujourd’hui par le porche situé sous le clocher. La dame de Riantz, châtelaine de Bure, est, elle aussi, le sujet d’une légende locale fameuse qui explique comment fut close à tout jamais et en des temps anciens la grande porte latérale, dont elle aurait par ailleurs financé la construction. Femme fi ère et arrogante, cette dame terrorisait ses gens, et son audace était si grande qu’on la voyait même pénétrer dans l’église sur le dos de sa mule ! Lorsque la mort la prit, on raconte que son cercueil ne put franchir la porte : elle avait tant enflé qu’il était gros comme une barrique ! Certains habitants du village auraient bien voulu élargir la porte, mais elle se trouva miraculeusement murée : on pensa alors que le ciel ne voulait pas accueillir tant de méchanceté, et les gens du village décidèrent de porter la châtelaine en terre sans cérémonie…

Ainsi sont véhiculés des contes exemplaires…

Comme celui de la Dame de Bure ou celui de la Bourbonnaise de Margon où l’on trouve souvent un fond moral à tendance pédagogique… Chacun peut apprécier le charme et le pittoresque de ce riche folklore, qui a si souvent nourri la piété populaire, et qu’il ne faut pas confondre avec les vérités révélées contenues dans les saintes Écritures et enseignées par l’Église. À un kilomètre et demi environ de l’église se situe la colline de Rougemont, le point le plus haut du Perche (287 m) en Eure-et-Loir. Un pèlerinage marial s’y déroule le 15 août après-midi et rassemble beaucoup de monde.

 

Vichères, paroisse saint-Lubin du Perche, Nogent le Rotrou

Horaire des messes

>> Cliquer pour trouver votre contact local

Saint Médard de Noyon

Evêque (✝ 560)

Disciple de saint Rémi, il devint évêque de Vermand, près de Saint-Quentin. Son siège épiscopal ayant été détruit par les invasions barbares, il le transféra à Noyon. En 531, il accueille la reine sainte Radegonde qu'il consacre à Dieu. Il évangélisa la Flandre. Tous les traits qu'on rapporte à son sujet sont des actes de bonté. Il donnait de larges aumônes à tous les indigents, y compris les paresseux. Il ne se décida jamais à punir les chapardeurs qui venaient voler le miel de ses ruches, les œufs de ses poules et les fruits de son verger. En France, plus de 33 localités se rangent sous sa protection.Saint Médard est né vers 456 à Salency en Vermandois d’une famille franque de Picardie.

>> En savoir plus