église de Saint-Denis d’Authou, paroisse saint-Lubin du Perche, Nogent le Rotrou

Saint-Denis d’Authou

St.-Denis d’Authou…

Fut d’abord une villa romaine, puis un site mérovingien, comme en témoigne la découverte de sarcophages dans les bois de Mezeray, site du château des seigneurs d’Authou.

Dressée sur un monticule dominant le village…

Et entourée de murs en robuste grès qui délimitent l’ancien cimetière clos, l’église de Saint-Denisd’Authou, de style roman, offre dès l’arrivée une belle impression d’équilibre et de majesté. Abside arrondie, clocher quadrangulaire avec baies géminées au sud de la nef, voûte lambrissée. Le retable du maître-autel est classique, en bois ciré avec décors d’ors, colonnes et pilastres corinthiens, tandis que les retables latéraux sont en pierre peinte imitant le marbre. On remarquera quelques statues intéressantes et une pierre tumulaire, c’est-à-dire une dalle refermant un caveau et sur laquelle sont gravés le nom et les dates du défunt. 1545. Classée aux monuments historiques et remarquablement restaurée, la partie la plus originale abritée par l’église Saint-Denis est celle des fonts baptismaux, datant du XVIe siècle.

Le baptême signifie que l’on devient chrétien…

À l’origine le baptême était célébré par immersion – baptiser veut dire : plonger dans l’eau – ce qui est toujours le cas dans les Églises orientales et parfois en Occident. Mais chez nous le baptême est le plus souvent conféré en versant de l’eau sur la tête du baptisé, enfant ou adulte. Le baptême dans la foi en Dieu Père, Fils et Saint-Esprit est un sacrement commun à tous les chrétiens, pratiqué par toutes les confessions chrétiennes, conformément à l’ordre donné par Jésus à ses apôtres.

Saint-Hilaire des Noyers

On visitera également

sur le territoire de la commune, dans un site agréable, la très ancienne église paroissiale Saint-Hilaire des Noyers, qui remonte au XIIe siècle. Démolie en 1840, seul subsiste son chœur qui fut transformé en chapelle. L’intérêt de cette chapelle tient à sa charpente en chêne « à chevrons formant fermes » précisément datée de 1198 -1199 et récemment restaurée. St.-Hilaire possède donc un des rares exemplaires en France de charpente de ce type. Ancienne paroisse, puis commune, St.-Hilaire fut uni à St.-Denis par ordonnance royale en 1826. Tous les ans, l’après-midi de l’Ascension, on y vient en pèlerinage. La messe est célébrée en plein air.

Un pèlerinage…

Est une démarche personnelle ou collective, effectuée vers un lieu saint pour des motivations spirituelles et dans un esprit de confiance :c’est un élément de conversion durant lequel le pèlerin doit se dépouiller, pour un authentique et sincère face à face avec lui-même et avec Dieu. De nos jours et dans notre société d’abondance, beaucoup de gens – même s’ils ne partagent pas la foi chrétienne – sont très sensibles à cette exigence de dépouillement, d’aller à l’essentiel, de savoir ce qui compte dans la vie : cela explique l’intérêt croissant porté à certaines destinations comme Saint- Jacques de Compostelle par exemple.

Oratoire Notre-Dame de la Délivrande

En sortant de la chapelle…

A gauche en suivant un chemin forestier qui mène à la Vinette où se trouve l’oratoire. Derrière une petite porte est visible une statue de la Vierge à l’enfant ; les femmes enceintes viennent se confier à Marie.

 

Saint-Denis d’Authou, paroisse saint-Lubin du Perche, Nogent le Rotrou

Horaire des messes

>> Cliquer pour trouver votre contact local

Saint Denis de Paris

et ses compagnons, martyrs à Paris (3ème s.)

Denis et ses compagnons, Eleuthère et Rustique, martyrs à Paris.
 Le Patron de Paris et de la Seine-St Denis fut le premier évêque de la capitale de la France. Il meurt martyr vers 250 ou 270 et est enseveli là où s'élève la basilique de Saint Denis. C'est tout ce qu'on sait de lui avant le IXe siècle. Le récit parle également de ses deux compagnons Eleuthère, le prêtre, et Rustique, le diacre, ainsi que du portement de tête du saint après sa décapitation depuis Montmartre jusqu'à St Denis. Les faits sont les suivants: Le nom de saint Denis apparaît vers 520 dans "la Vie de Sainte Geneviève" qui témoigne de la dévotion de la sainte envers l'évêque martyr, son père dans la foi. Elle obtint du clergé parisien l'érection d'une église sur sa tombe au "vicus Catulliacus" situé à huit kilomètres au nord de la Seine, l'actuelle basilique Saint Denys, rue Catullienne. Elle se rendait également et souvent dans une église de la Cité dont il était le titulaire. Un demi-siècle plus tard, le martyrologe hieronymien mentionne la déposition de saint Denis et de ses compagnons au 9 octobre et saint Venance Fortunat atteste la diffusion de son culte jusqu'à Bordeaux. Dans les mêmes années, l'historien Grégoire de Tours raconte que vers 250, le pape de Rome avait envoyé Denis en Gaule avec six autres évêques pour y porter l'Évangile. Celui-ci se fixa à Lutèce où il ne tarda pas à être mis à mort. On pense en effet qu'il subit le martyre sous la persécution de Dèce (250) ou de Valérien (258).

>> En savoir plus

Saint Hilaire

Pape (46 ème) de 461 à 468 (✝ 468)
Pape et confesseur.
Il naquit en Sardaigne et nous le trouvons d'abord légat de Pape de Rome, défendant la vraie foi lors du "brigandage d'Ephèse" en 449 où fut rétablie la doctrine d'Eutychès qui niait les deux natures du Christ en l'unité d'une seule personne". Le patriarche saint Flavien est déposé; Hilaire qui a protesté comme légat du Pape, est expulsé par les gardes et doit fuir pour ne pas être arrêté. 
Successeur de saint Léon le Grand, il confirma en Occident les conciles de Nicée, Ephèse et Chalcédoine. En Occident son activité est connue dans trois domaines : la lutte contre les hérésies, l'affirmation de l'autorité disciplinaire de Rome et les constructions dans la Ville.
Il construisit plusieurs églises et chapelles dans Rome, soutient l'évêque d'Arles en Gaule et rappelle l'Église d'Espagne à une meilleure fidélité à l'Eglise de Rome. 
On ne connaît rien de ses relations avec l'Orient chrétien.
À Rome sur la voie Tiburtine, près de saint Laurent, en 468, la mise au tombeau du pape saint Hilaire, qui succéda à saint Léon le Grand, et écrivit des lettres confirmant la foi catholique des Conciles de Nicée, Éphèse et Chalcédoine, et mettant en lumière le primat du siège de Rome.

>> En savoir plus