église de Luigny, paroisse saint-Lubin du Perche, Nogent le Rotrou

Saint-Jean-Baptiste

Bien avant que ne fleurisse…

Le bocage percheron, la commune de Luigny se trouvait isolée dans les profondeurs de la forêt impénétrable qui recouvrait alors notre région, en un lieu désolé et infesté de loups, ce qui lui a valu son nom et ses armes : « d’azur à la barre d’or chargée d’une hache de bûcheron d’argent emmanchée au naturel, accompagnée d’une tête de loup arrachée d’argent en chef et d’un bouquet de feuilles de chêne de sinople autour d’un gland au naturel en pointe ». Une charte du XIe siècle constate la donation à l’abbaye Saint-Père de Chartres « d’une petite église au Perche, appelée Lupiniacus depuis des temps reculés, et fondée en l’honneur de Jean-Baptiste… maintenant tellement anéantie par les guerres étrangères ou civiles et réduite en désert qu’on trouve à peine quelques habitants alentour et qu’aucun prêtre n’y vient célébrer la messe, même pas une ou deux fois l’an… Si ce n’est le symbole de la religion qui est placé sur l’autel qu’elle renferme, les païens la prendraient plutôt pour la masure d’un malheureux paysan… » Les choses ont fort heureusement bien évolué depuis, et si le corps principal de cette église et ses solides contreforts de grison témoignent de son passé roman, elle présente également aujourd’hui un chœur intéressant qui conserve l’un des plus beaux ensembles de style baroque de la région. Son retable est classé monument historique. Aussi constitue-t-elle une demeure bien digne sous le patronage du grand saint Jean-Baptiste.

Saint Jean-Baptiste…

Est considéré comme la figure charnière de la Bible, entre Ancien et Nouveau Testament : dernier des Prophètes, il est le précurseur du Christ, le messager qui L’annonce. C’est lui dont avait parlé le prophète Isaïe quand il disait : une voix crie dans le désert :  « Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez dans le désert une route pour notre Dieu. » Matthieu, 3,3

 

Luigny, paroisse saint-Lubin du Perche, Nogent le Rotrou

Horaire des messes

Nativité de saint Jean Baptiste (1er s.)

L'ange Gabriel dit à Marie au jour de l'Annonciation: "Voici qu'Élisabeth, ta parente, en est à son sixième mois." Trois mois plus tard, l'Église fête donc la naissance de Jean-Baptiste, le précurseur du Messie. Parce qu'un doute l'avait saisi, lors de l'annonce de l'ange, sur la fécondité tardive de sa femme, Zacharie, l'époux d'Élisabeth, avait perdu l'usage de la parole. La naissance de Jean lui délie sa langue afin qu'elle proclame "son nom est Jean." Nom qui signifie, Dieu fait grâce. A Jean, Jésus rendra ce témoignage: "Parmi les enfants des femmes, il n'en est pas un de plus grand que Jean-Baptiste." Dès avant sa naissance, Jean avait reconnu le Christ et tressailli d'allégresse en sa présence. Plus tard, il le baptisera et guidera vers lui ses meilleurs disciples, s'effaçant pour lui laisser la place "Voilà ma joie, elle est maintenant parfaite. Il faut qu'il grandisse et que je diminue."

>> En savoir plus