église de Beaumont-Les-Autels, paroisse saint-Lubin du perche, Nogent le Rotrou

Notre-Dame

L’église de Beaumont…

Forme avec le château un noble ensemble dont le visiteur venant de Nogent aperçoit de loin la fi ère silhouette. L’étymologie du nom : Bellus Mons évoque le relief naturel du site. Au moyen âge, Beaumont s’appelait Beaumont-le-Vidame. Tout d’abord une importante tour féodale de défense, le château fut un lieu convoité par les troupes anglaises qui le détruisirent durant la guerre de Cent Ans à cause de sa position stratégique aux portes du Perche (XIV-XVe siècle). C’est au milieu du XVIe siècle que fut entamée la construction du nouveau château et l’essentiel de l’église Notre-Dame qui le jouxte. L’ancienne paroisse des Autels-Tuboeuf fut réunie à celle de Beaumont – alors nommé Beaumont-le-Chartif – par ordonnance royale de 1835 ; en effet, l’évêque de Chartres avait interdit au culte l’église des Autels-Tuboeuf, en raison du danger qu’elle présentait ; elle fut détruite en 1833. À l’intérieur, on peut voir au nord la chapelle Sainte-Apolline ainsi que la « chapelle du château » et au sud la chapelle Sainte-Anne, plus récente (XIXe siècle). Le chevet est la partie la plus ancienne de l’église, trois pans coupés sont éclairés par deux baies du XIIe siècle. Le devant d’autel a été exécuté à la fin du XIXe siècle et représente la communion de la Ste Vierge : c’est une reproduction de celui de l’abbaye bénédictine de Solesmes. Les stalles du chœur proviennent de l’ancienne abbaye de Sainte-Foy de Chartres, enlevées à la révolution. On pénètre désormais dans l’église par sa façade nord, après avoir gravi un bel escalier à double révolution. Auparavant l’église était de plain-pied avec le bourg et la terrasse du château, mais le percement en tranchée de la route actuelle, en 1780, a considérablement modifié les abords du bâtiment. Comme la plupart des églises, Notre-Dame de Beaumont a vu son aménagement au cours des siècles subir bien des évolutions. Celles-ci peuvent être dues à des facteurs historiques, des facteurs sociaux ou économiques, aussi bien qu’à des facteurs purement religieux et conduisent l’observateur à différentes réflexions. Ainsi la « chapelle du château » mise en service au XVIe siècle traduit-elle la puissance et le prestige dont étaient dotés les seigneurs de Beaumont. Mais lorsque la foudre vint à provoquer l’incendie d’une partie de l’édifice en 1748, il fallut trente ans pour reconstruire enfin le clocher ! Deux cloches sonnent les offices. L’une s’appelle Jeanne Elzéard, l’autre Léonide-Louise. Le XIXe siècle a vu les nombreux aménagements du curé Masson, aménagements dans le goût de l’époque – grottes, nuages en plâtre – dont beaucoup ont disparu depuis. Le choeur actuel quant à lui a fait l’objet d’un heureux remaniement il y a quelques années seulement, action menée conjointement par la municipalité et la paroisse, l’architecte et les habitants du village, et avec le concours du département et du diocèse de Chartres.

Il s’agissait de rendre…

Plus conforme et plus lisible l’espace liturgique, souvent un peu encombré par l’accumulation de différents objets au fil des générations, par exemple la grille de communion qui séparait les fidèles du chœur. Le nouvel autel, d’une ligne moderne sobre et élégante, permet la célébration « face au peuple », selon l’usage rétabli au siècle dernier. Le renouveau liturgique demande aussi un lieu de la Parole qui soit stable et digne : un ambon, d’où est proclamée la parole de Dieu.

L’association…

Pour la sauvegarde de l’église œuvre pour la mise en place de vitraux modernes et qui soient en harmonie avec ceux qui existent déjà. Divers thèmes ont été choisis : l’espérance, le peuple de Dieu, le baptême, l’Esprit-Saint, etc.

Les bancs clos…

Qui subsistaient encore en 2009 ont été détruits, attaqués par un champignon agressif, la mérule ; ils ont été remplacés par des chaises paillées. Il faut remarquer le très bel escalier en bois tourné, à côté des fonts baptismaux, qui permet d’accéder à la tribune classique du XVIIIe siècle, soutenue par des piles rondes en bois peint et qui portait autrefois un petit orgue. Si l’église de Beaumont a donc bien changé au fi l des temps, traduisant par là même la vie de l’édifice et de ses usagers, on note ici avec d’autant plus d’émotion la constance et la tendresse de la piété populaire, demandant l’intercession de sainte Apolline avec humilité et reconnaissance. On sait peu de chose de sainte Apolline, martyrisée à Alexandrie en 249, à qui ses bourreaux auraient cassé toutes les dents. C’est pourquoi elle est invoquée contre les maux de dents, et particulièrement pour les enfants. Une statue et un tableau récemment restaurés, la représentent tenant en ses mains des tenailles ! Sa fête est célébrée le deuxième dimanche de février et attire toujours les pèlerins.

 

Beaumont-Les-Autels, paroisse saint-Lubin du perche, Nogent le Rotrou

Horaire des messes

église ouverte tous les jours en juillet et en août et aux journées du patrimoine de 10h à 18h
>> Cliquer pour trouver votre contact local

Horaire des temps de prières

Rosaire : 2e lundi du mois à 14h30, salle paroissiale sainte-Apolline
Vêpres : vendredi à 18h, salle paroissiale sainte-Apolline

Dans votre village