église de Charbonnières, paroisse saint-Lubin du perche, Nogent le Rotrou

Saint-Jean-Baptiste

Charbonnières est un petit village du Perche-Gouët…

Dont le nom immortalise l’exploitation du charbon de bois, ressource importante pour ses habitants, jusqu’au siècle dernier. C’est que la région était autrefois essentiellement occupée par la forêt, et c’est précisément dans ses profondeurs que saint Lubin vécut cinq longues années de retraite, à l’époque lointaine des Mérovingiens et de la grande entreprise d’évangélisation de la Gaule. Intéressante histoire que celle de la construction de l’actuelle église de Charbonnières… Le village a abrité en effet une église romane jusqu’au début du XIXe siècle, bâtiment flanqué d’un bas-côté Renaissance, mais l’ensemble était devenu bien vétuste et d’importantes réparations semblaient devoir s’imposer à plus ou moins brève échéance. C’est au XIXe siècle que le comte Auguste de Chamoy transforme le château dans un style néo-gothique. Il est permis de penser que la situation de l’église dans le parc du château était un obstacle aux projets de réaménagement voulus par le comte ; aussi obtint-il de la faire démolir, à charge pour lui de fournir un nouvel emplacement et de prendre à ses frais la reconstruction intégrale d’une nouvelle église pour le village… laquelle fut achevée en 1837 ! Même de nos jours, nous n’imaginons pas un village sans église. Elle demeure le centre du village, et le symbole par tous identifiable de la communauté humaine qui y demeure.

Patron de cette église…

Saint Jean-Baptiste est considéré comme la figure charnière de la Bible, entre Ancien et Nouveau Testament : dernier des Prophètes, il est le précurseur du Christ, le messager qui L’annonce … Sa mère – Élisabeth, est parente de Marie et les deux femmes se rencontrent alors qu’elles attendent l’une et l’autre leur fi ls. On ne peut que renvoyer à l’Évangile de Luc (1, 39-45) qui dépeint avec force cette scène touchante, et que l’Église célèbre chaque année depuis le XIIIe siècle sous le nom de Visitation (31 mai). Jean devenu adulte mènera dans le désert la rude vie de l’ascète. Il prêche, enseigne la prière et propose un baptême de conversion, tout en annonçant la venue d’un « plus puissant que lui… qui ne baptisera plus seulement dans l’eau, mais dans l’Esprit-Saint… » Lui-même baptisera Jésus.

Arrêté sur les ordres du roi Hérode…

Il fut décapité. Les trois Évangiles relatent précisément les circonstances de sa mort, et ce récit étrange et violent a inspiré de nombreux artistes au fil des siècles, peintres et musiciens.

Les châtelains de Charbonnière…

Étaient très attachés à leur église. On retrouve leurs armoiries dans les vitraux du chœur et des chapelles. Le comte de Chamoy lui aussi a laissé son empreinte. En effet la chapelle de gauche est dédiée à saint Augustin, son patron, et on retrouve également ses initiales « AC » dans le dallage du chœur. À l’entrée de la nouvelle église, on a aménagé une place pour la statue de la Vierge provenant de l’ancienne église. L’intérieur de l’église est décoré de nombreuses statues et d’un chemin de croix peint sur toile. La chaire et le banc d’œuvre comportent des sculptures remarquables. Dans les archives du diocèse de Chartres, il est dit que « c’est une coquette église de campagne où l’on éprouve une très heureuse et très agréable impression ».

 

Charbonnières, paroisse saint-Lubin du perche, Nogent le Rotrou

Horaire des messes

église ouverte aux journées du patrimoine
>> Cliquer pour trouver votre contact local

 

Saint Jean Baptiste

Nativité de saint Jean Baptiste (1er s.)

L'ange Gabriel dit à Marie au jour de l'Annonciation: "Voici qu'Élisabeth, ta parente, en est à son sixième mois." Trois mois plus tard, l'Église fête donc la naissance de Jean-Baptiste, le précurseur du Messie. Parce qu'un doute l'avait saisi, lors de l'annonce de l'ange, sur la fécondité tardive de sa femme, Zacharie, l'époux d'Élisabeth, avait perdu l'usage de la parole. La naissance de Jean lui délie sa langue afin qu'elle proclame "son nom est Jean." Nom qui signifie, Dieu fait grâce. A Jean, Jésus rendra ce témoignage: "Parmi les enfants des femmes, il n'en est pas un de plus grand que Jean-Baptiste." Dès avant sa naissance, Jean avait reconnu le Christ et tressailli d'allégresse en sa présence. Plus tard, il le baptisera et guidera vers lui ses meilleurs disciples, s'effaçant pour lui laisser la place "Voilà ma joie, elle est maintenant parfaite. Il faut qu'il grandisse et que je diminue."

>> En savoir plus