église de Béthonvilliers, paroisse saint-Lubin du Perche, Nogent le Rotrou

Saint-Martin

Cette église est dédiée…

A saint Martin, le « grand saint Martin », l’apôtre des Gaules au IVe siècle, au tout début de l’évangélisation de notre région. Les vitraux relatent la vie de saint Martin. Originaire de Hongrie, il est soldat dans l’armée romaine et alors qu’il se trouve en garnison à Amiens, il partage son manteau avec un pauvre grelottant de froid aux portes de la ville.

Parmi les grandes choses…

Qu’il accomplira, c’est ce geste de partage de ce qu’on appellera désormais la « charité de saint Martin » qui est donné en exemple comme un geste somme toute très simple et à la portée de chacun.

Le joli village…

De Béthonvilliers est couronné par son église, autour de laquelle sont groupées de charmantes maisons percheronnes typiques. Le premier symbole du village, c’est d’abord l’unité harmonieuse que l’on découvre au détour d’une route, d’un bois ou d’un vallonnement. Cet ensemble est révélateur d’une communauté d’habitants qui se sont groupés et ont créé peu à peu le paysage actuel. La christianisation des campagnes est à l’origine du village actuel rassemblé autour de l’église. Le symbole central du village restera l’église tant il est vrai que son clocher y tient la place éminente. L’église de Béthonvilliers date du XVe siècle. Elle est typique de notre région avec son toit en tuiles de pays et son petit clocher d’ardoises.

Une association œuvre…

Très activement à Béthonvilliers pour la sauvegarde, l’entretien et la vie de l’église Saint-Martin qui a été restaurée en 2004. Chaire, banc d’œuvre, bancs clos ou statues, tout le mobilier traditionnel a fait l’objet de réfections diverses et de soins attentifs. L’aménagement du chœur a été transformé selon l’esthétique contemporaine, pour servir les besoins de la liturgie définis par le Concile Vatican II. Une réflexion a été conduite en collaboration avec la Commission diocésaine d’Art sacré – dont c’est l’une des fonctions, dans le but que les modifications souhaitées obtiennent l’adhésion des paroissiens. Les habitants ont eux-mêmes voté et ont tenu à ce que l’autel transformé le soit avec les pierres de l’ancien autel de façon à garder ce témoin de la vie de l’église et du village. C’est Frank Pelay, tailleur de pierre de la région, qui a réalisé l’autel. Ainsi le visiteur pourra-t-il remarquer la belle sobriété du nouvel autel et de l’ambon qui renvoient aux usages de simplicité des premiers chrétiens.

 

Béthonvilliers, paroisse saint-Lubin du Perche, Nogent le Rotrou

Horaire des messes

 église ouverte tous les jours de 9h à 18h de juin à septembre et aux journées du patrimoine
>> Cliquer pour trouver votre contact local

Saint-Martin de Tours

Evêque (✝ 397)
Les Églises d'Orient l'appellent aussi "saint Martin le Miséricordieux". Il est né en Pannonie, l'actuelle Hongrie, sur les frontières de l'empire romain où son père était en garnison. A 15 ans, il est soldat car la loi romaine obligeait les fils de soldats à s'enrôler dans l'armée. Il est muté en Gaule et c'est là, qu'à Amiens, il rencontre le pauvre grelottant à qui il donne son manteau (*) et dont il apprend durant la nuit que c'est le Christ qui lui a fait cette demande. Il hésitait à devenir chrétien, il s'y décide enfin. Il quitte l'armée pour rejoindre saint Hilaire à Poitiers. Avec lui, il fonde le premier monastère des Gaules, à Ligugé, en Poitou. C'est là qu'il sera enlevé par les habitants de Tours qui en font leur évêque. Mais l'ancien soldat devenu chrétien ne s'enfermera pas dans sa cité. Il évangélisera parcourant les campagnes jusqu'à sa mort, à Candes, sur les bords de Loire, disant: "Seigneur, s'il le faut, garde-moi en vie, car je ne refuse pas le labeur."

>> En savoir plus