Edito juillet août 2018

Bel été à toi mon frère, ma sœur  !

L’été, cette saison aux jours ensoleillés est généralement vécu avec faste. Joie, splendeur de beauté et bonne humeur se conjuguent harmonieusement. Chacun met en exécution les projets des vacances envisagés, mûris, et préparés tout au long de l’année. Bien des événements heureux marqueront ce temps : baptêmes, mariages, barbecues, retrouvailles…

L’été rime avec vacances, repos, moments de convivialité en famille et avec des amis. Ceux qui ne se voient presque pas ou pratiquement que le soir à cause de journées chargées pourront créer des occasions pour rester ensemble, consolider leurs liens familiaux, raffermir leurs liens de fraternité. J’ose espérer que nos « amitiés virtuelles », nos tablettes et smartphones ne nous empêcheront pas d’être vraiment ensemble. Que les rencontres de cet été tournent davantage chacun vers Dieu en vue d’une croissance spirituelle.

Au terme de cette année pastorale, j’aurai bien voulu vous dire : « À bientôt pour une nouvelle année ! », mais je dois aller œuvrer dans une autre vigne du Seigneur. Merci du fond du cœur à chacun pour l’hospitalité et la sympathie que j’ai vécues à mon arrivée dans le Perche. Je me confie à vos prières; que Dieu me conduise sur ses sentiers et m’aide à être toujours ce pasteur pénétré par les odeurs des brebis.

Que Dieu vous bénisse, qu’il conduise à son accomplissement tout ce qu’il a commencé  en chacun de vous  !

Bel été à toi mon frère, ma sœur  !

Père Louis Bahelanya