Liturgie des heures

Une prière pour rythmer nos journées… Laudes, Vêpres…

Nous sommes peut-être familiés de la prière des laudes et des vêpres mais elles ne sont qu’une partie de ce trésor qu’est la liturgie des heures et qui nous offre des prières pour rythmer nos journées. Cette prière commune à toute l’Église, d’un bout à l’autre de la terre, nous permet de prier ensemble dans une véritable communion en Église.

 “On recommande aux laïcs eux-mêmes la récitation de l’office divin, soit avec les prêtres, soit lorsqu’ils sont réunis entre eux, voire individuellement “

” La Liturgie des Heures est destinée à devenir la prière de tout le Peuple de Dieu. En elle, le Christ lui-même ” continue à exercer sa fonction sacerdotale par son Église ” ; chacun y participe selon sa place propre dans l’Église et les circonstances de sa vie : les prêtres en tant qu’adonnés au ministère pastoral, parce qu’ils sont appelés à rester assidus à la prière et au service de la Parole ; les religieux et religieuses, de par le charisme de leur vie consacrée ; tous les fidèles selon leurs possibilités : ” Les pasteurs veilleront à ce que les Heures principales, surtout les Vêpres, les dimanches et jours de fêtes solennelles, soient célébrées en commun dans l’église.”

Catéchisme de l’Église Catholique §1175

Les offices

La liturgie des heures est répartie en cinq offices (sept pour les moines et les moniales) :

– Les heures principales sont les laudes pour commencer la journée et les vêpres en fin d’après-midi.

– Le milieu du jour appelé tierce, sexte, none selon qu’on le prie vers 9h, 12h ou 15h.

– Les complies sont la prière avant le repos de la nuit.

– L’office des lectures comprenant des lectures plus longues de la Bible et de la tradition chrétienne a lieu soit en soirée (vigiles), soit au petit matin (matines), soit à un autre moment de la journée.

La prière de l’office se nourrit principalement de l’Écriture sainte.

Structure d’un office

  • Ouverture : invocation tirée du Ps 69/70, 2 : “Dieu, viens à mon aide, Seigneur à notre secours”. Au premier office du jour cette invocation est remplacée par le verset “Seigneur ouvre mes lèvres, et ma bouche publiera ta louange”, suivi du psaume invitatoire, qui est traditionnellement le Ps 94, qui peut être remplacé par le psaume 66, 99 ou 23.
  • L’hymne : texte chanté, en rapport avec le temps liturgique ou le saint fêté ce jour-là.
  • 2 ou 3 psaumes, précédés et suivis chacun d’une antienne (courte phrase lue ou chantée). Un cantique de l’Ancien Testament aux laudes ou du Nouveau Testament aux vêpres également précédé et suivi d’une antienne.
  • Le chant solennel des cantiques résumant tout le sens de l’histoire du salut est le sommet vers lequel converge la célébration de la liturgie des heures :
    • aux Laudes, un Cantique de l’Ancien Testament : le ‘Benedictus’ ou cantique de Zacharie (Evangile de Luc, 1, 68-79);
    • aux Vêpres, un Cantique du Nouveau Testament : le ‘Magnificat’ ou cantique de la Vierge Marie (Evangile de Luc, 1, 46-55) ;
    • aux Complies, un autre Cantique du Nouveau Testament : le Nunc dimittis (Maintenant ô Maître, tu peux laisser ton serviteur s’en aller dans la paix) ou cantique de Siméon.
  • Le capitule : lecture d’un court passage de la Bible.
  • Le répons, reprise chantée d’un passage biblique lié au temps liturgique ou au saint fêté ce jour-là.
  • Louange ou/et intercessions (aux laudes et aux vêpres) : invocation pour l’Église et pour le monde.
  • Prière du Notre Père.
  • L’oraison qui le dimanche est la même que la collecte de la messe du jour.
  • Conclusion : Bénissons le Seigneur. / Nous rendons grâce à Dieu.