Edito avril 2018


Le dimanche : premier jour de la semaine

« Le premier jour de la semaine, est-ce le lundi ou le dimanche ? » La question est souvent posée. La réponse n’est pas si évidente pour beaucoup de nos contemporains, qui, même s’ils ne maîtrisent pas tous la langue de Shakespeare, savent que week-end veut dire fin de semaine. Et pourtant, le dimanche est bien, dans le calendrier judéo-chrétien, le premier jour de la semaine !

Le repos du Sabbat : le samedi

Le récit de création du livre de la Genèse rapporte que Dieu se reposa le septième jour. Après le passage de la Mer Rouge, la Pâque juive, ce jour est prescrit dans les dix commandements comme jour consacré à Dieu et jour de repos pour l’homme : « le septième jour est un sabbat pour le Seigneur ton Dieu. Tu n’y feras aucun ouvrage. » (Ex 20, 10) Aujourd’hui encore, les enfants d’Israël respectent ce repos du samedi, dont le nom vient de sabbat (pour les hispanophones : sábado). L’Évangile souligne que Jésus est accusé de violer la loi du sabbat. Loin de manquer à la sainteté de ce jour (cf. Mc 1, 21), il en donne l’interprétation authentique: « Le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat » (Mc 2, 27). C’est d’ailleurs là que se joue le sens spirituel du Samedi Saint où le Christ, déposé au tombeau (cf. Jn 19, 42), manifeste le grand repos du sabbat de Dieu.

Pâques : premier jour de la nouvelle création

C’est de ce repos, de cette mort, que le Christ sort vainqueur « le premier jour de la semaine » (Mt 28, 1; Mc 16, 2; Lc 24, 1; Jn 20, 1). En tant que « premier jour », le jour de la Résurrection du Christ rappelle la première création. En tant que « huitième jour » qui suit le sabbat il signifie la nouvelle création inaugurée avec la Résurrection du Christ. Il est devenu pour les chrétiens le premier de tous les jours, la première de toutes les fêtes, le jour du Seigneur (en latin : dominus) : le dimanche. » Ainsi, durant la messe, au début de la prière eucharistique, le prêtre dit : « en ce premier jour de la semaine, nous célébrons le jour où le Christ est ressuscité d’entre les morts. » Placé au début de la semaine, le nouveau sabbat manifeste le salut advenu. L’éternité n’est plus un à venir, à la fin de la semaine, c’est-à-dire à la fin des temps. Elle est un déjà là, permanente, au début et durant toute la semaine, car « les temps sont accomplis ». Le regard n’est plus seulement porté sur le futur, mais sur le présent et la présence du Christ au milieu du monde. Et nous célébrons notre espérance d’entrer un jour dans l’éternel repos de Dieu.

Le sens spirituel nourrit le sens humain

Nos vies sont rythmées par le travail et le repos, auxquels nous sommes invités à trouver un sens spirituel et au moins un sens humain. Le Concile Vatican II affirme : « L’institution du Jour du Seigneur contribue à ce que tous jouissent du temps de repos et de loisir suffisant qui leur permette de cultiver leur vie familiale, culturelle, sociale et religieuse (cf. GS 67, 3). » Que faisons-nous de nos dimanches ? En retrouver le sens c’est nous tourner vers l’essentiel, nous ressourcer nous-mêmes, enraciner nos liens avec nos proches, et redécouvrir notre labeur quotidien comme participation à l’œuvre de la création, au bien commun.

 

Belles et saintes fêtes de Pâques !

Père Yannick COAT